Etanchement de l'interface sol / bâti

L'étanchement de l'interface sol / bâti a pour but d'empêcher le radon de pénétrer dans la zone habituellement occupée du bâtiment. 

Cette solution n'est efficace que pour des taux de radon faibles. Face à des concentrations en radon plus importantes, cette technique s'avère insuffisante et doit être complétée par une autre technique. 

L'interface sol / bâti se définit par la surface de contact entre le sol et la zone de vie du bâtiment habituellement occupée plus d'une heure quotidiennement. Cependant, dans le cas particulier de la présence d'un volume tel qu'un sous-sol ou une cave, le traitement doit alors se faire entre l'interface sol/sous-sol puis sous-sol/zone de vie.

Pour étanchéifier les différents points de pénétration du radon, il faut donc obturer de mainère la plus systématique possible les nombreux défauts d'étanchéité de l'enveloppe du bâtiment au contact avec le sol. 

  • Les passages de VRD (voiries et réseaux divers), l'intérieur de leur fourreau, les fissures, les joints de dilatation, etc. doivent être étanchéifiés par application d'un mastic d'étanchéité de sol de type acrylique, élastomère à élasticité permanente, un polyuréthane ou un mortier de ciment liquide à base d'huile ne bloquant pas le passage d'eau. 
  • Des joints de compression périphériques doivent être mis en oeuvre au niveau des portes d'accès au sous-sol. Les seuils des portes d'accès au sous-sol doivent également faire l'objet d'application de joints de compression. Dans le cas d'obturation de la prise d'air d'un poêle ou d'une cheminée prenant l'air dans le sous-sol, il faut alors prévoir de réaliser une prise d'air vers l'extérieur en traversée de mur dédiée à l'alimentation de l'appareil à combustion. 
  • Pour rendre un sol poreux étanche, dans le cas d'un plancher bois par exemple, il est alors possible de mettre en place une membrane de couverture étanche à l'air en sous-face du plancher haut de l'étage inférieur en portant un soin particulier aux jonctions de la membrane avec les parois verticales de l'étage inférieur.

  • Dans le cas d'une dépose totale d'un sol poreux tel qu'une cave en terre battue ou plancher bois, il est nécessaire de creuser le sol et de mettre en place un hérisson (remblai servant d'assiseau au dallage béton qui est coulé dessus), une membrane géotextile puis une membrane anti-radon avant de couler une dalle étanche de béton sur une épaisseur de 10 cm et de mettre en oeuvre un sol étache par dessus.

Ventilation et aération du bâtiment

→ Le but de la ventilation est d'apporter un air hygiénique aux occupants tout en évacuant les polluants et les odeurs accumulés. La ventilation permet également d'évacuer l'humidité excédentaire produite et ainsi de préserver durablement le bâti. Enfin un bon dimensionnement du système de ventilation doit fournir aux appareils de combustion l'air nécessaire à leur fonctionnement pour éviter les risques d'intoxication au monoxyde de carbone. 

Améliorer la ventilation permet donc de diluer le radon et de diminuer la dépression du bâtiment. 

Une importance particulière doit être portée sur la conception et la mise en oeuvre du système de ventilation. Elles doivent à minima répondre à la réglementation en vigueur et ne doivent pas accentuer la dépression du bâtiment favorisant la pénétration du radon. 

S'il existe une ventilation mécanisée, il faut vérifier le bon équilibre entre les flux d'air entrant et les flux d'air sortant. 

  • Dans le cas d'une ventilation mécanique simple flux, où les débits d'air extrait sont supérieurs aux débits d'air entrant, et lorsque le bâtiment est peu perméable à l'air, un effet de pompage est accentué par la ventilation. Il faut alors vérifier que le nombre d'entrée d'air dans les pièces sèches (chambre, salon) est suffisant, leur dimensionnement (présence d'une mortaise correctement installée et dimensionnée) et leur bon entretien (proscrire leur obturation). Pour garantir une bonne circulation de l'air dans le bâtiment, l'air neuf doit entrer par les pièces sèches et ressortir par les pièces humides (cuisine, salle de bain, wc). Les portes intérieures doivent être détalonnées en seuil sur au moins 2 cm ou être munies d'une grille de transfert. L'ensemble du système de ventilation doit être entretenu; à savoir nettoyage au moins une fois par mois des bouches d'extraction et des entrées d'air, nettoyage au mois une fois par an des conduits et du bloc ventilateur.

  • Le système de ventilation mécanique en double flux est le système le plus adapté pour la dilution du radon. Il doit alors fonctionner à l'équilibre, c'est-à-dire que la quantité d'air est extraite est la même que celle qui est renouvelée. Ce système permet ainsi de ne pas mettre en dépression le bâtiment. Ce système permet également d'introduire un air neuf préchauffé et ainsi réaliser des économies d'énergie. Ce système doit être convenablement entretenu pour être efficace car son rendement est fortement dépendant de sa maintenance. Le sbouches d'extraction et d'insufflation doivent être régulièrement nettoyées (1 fois par mois) et les filtres du bloc moteurs doivent être nettoyés ou changés au moins 3 fois par an.

Traitement du soubassement

→ En traitant le soubassement, le but est d'évacuer le radon avant qu'il ne pénètre dans les pièces habitées d'un bâtiment, en complétant avec des solutions d'étanchement. 

1. Dans un premier temps, une ventilation naturelle peut du soubassement peut être réalisée en créant des ouvertures orientées préférentiellement vers les vents dominants. Cette technique est cependant fortement dépendante des conditions climatiques. 

2. Pour augmenter l'efficacité de la ventilation naturelle et palier aux dépendances des conditions climatiques, il est possible de mécaniser l'extraction. Afin d'éviter la présence de zone non ventilée et bénéficier d'un balayage optimal de tout le volume du soubassement, les principes suivants doivent être appliqués : 

  • un décloisonnement des pièces devra être réalisé (détalonnage ou grille de transfert au niveau des portes, ouvertures dans les murs de refend...),
  • bien répartir les ouvertures de manière uniforme et obturer celles qui sont proches de l'extraction pour ne pas court-circuiter la circulation de l'air. 

Un débit d'air extrait estimé entre 1 et 2 m3/h par mètre carré de surface au sol devrait rendre plus efficace le balayage de l'air dans le vide sanitaire. On pourra envisager d'augmenter le niveau d'extraction si la solution s'avère intéressante mais d'efficacité insuffisante.

3. Le système de dépressurisation des sols (SDS) a pour but de créer un champ de dépression dans le soubassement plus important que dans la partie occupée du bâtiment. Ce champ de dépression associé à un extracteur permet soit d'inverser le transport convectif et/ou de siphonner le radon sous le bâtiment avant qu'il ne pénètre dans le bâtiment.

Dans le cas d'un bâtiment sur terre-plein, il est nécessaire de creuser sous le dallage afin de mettre en place une couche de gravier de 20 cm d'épaisseur sous le dallage (hérisson). Les granulats du hérisson doivent avoir une granulométrie comprise entre 40 et 100 mm et contenant très peu de fine afin de présenter les caractéristiques de sol très perméable. Un réseau d'aspiration est ensuite réalisé à partir d'un ou plusieurs points d'apiration situé dans le hérisson. Ce réseau est ensuite connecté à une bouche de rejet réalisée en toiture dont la mise en oeuvre doit respecter la présence des vents dominants, et la proximité de prise d'air ou ouvrants. Le plancher en sous-face du soubassement devra être étanchéifié par une membrane anti-radon. Un ventilateur d'extraction positionné en toiture aura une puissance entre 30 et 100 W.

4. Aspiration par drainage des drains périphériques d'assainissement. Dans le cas d'un bâtiment construit sur un terrain fortement perméable et équipé d'un drain périphérique d'assainissement, il est possible de connecter au niveau de l'exutoire du réseau d'assainissement un système d'extraction motorisée. La mise en dépression du réseau peut permettre de collecter une partie du radon du sous-sol. 

Connexion